Difficultés et troubles d'apprentissage, Technologies

Technologie et personnes dyslexiques-dysorthographiques

24 novembre 2015

Quelles sont les conséquences de la dyslexie et de la dysorthographie sur l'apprentissage de ceux qui en sont atteints ? Que proposent vraiment les outils de compensation disponibles sur le marché et que peut-on en attendre ?

Des troubles de l'apprentissage compensés par la technologie

La dyslexie et la dysorthographie touchent entre 3 et 7% de la population (Ramus, 2005). Ces troubles de l’apprentissage ont de lourdes conséquences sur ceux qui en sont atteints : difficulté à lire et à écrire efficacement, à retranscrire un message oral, à organiser des informations écrites, etc. La dyslexie et la dysorthographie sont désormais reconnues comme handicap et nécessitent une prise en charge adaptée : les outils technologiques comme WordQ et SpeakQ permettent aujourd’hui de venir en aide aux enfants aussi bien à la maison qu’à l’école. Ces logiciels s’utilisent sur ordinateur afin de suppléer aux tâches de transcription et de décodage des textes. L’élève est ainsi plus disponible pour l’analyse des consignes, la réflexion et la rédaction de son travail scolaire. Les logiciels tels que WordQ et SpeakQ sont aujourd’hui les plus cités par les orthophonistes et les familles concernées.

Qu'en disent les études sur le sujet ?

Ces outils sont désormais validés par de nombreux professionnels et analysés dans les universités. Comme le soulignent Victoria Bourgeois et Cécile Duteriez dans leur mémoire de fin d’étude, chaque étude ou mémoire souligne les différents effets positifs sur le quotidien des élèves, en particulier les études de Young et Specht (2009) ou encore de Hetzroni et Schrieber (2004)  :

  • qualité accrue de lecture et d’écriture,
  • gain de temps pour effectuer les devoirs et les examens,
  • augmentation de l’autonomie et de l’estime de soi…

De quoi changer la scolarité (et la vie entière…) des enfants atteints de dyslexie et de dysorthographie !

Articles récents