Apprentissages et potentiel humain

Le cerveau bilingue

16 novembre 2015

Parler plusieurs langues a-t-il un impact important sur la cognition ? L’âge auquel on apprend une langue a-t-il une influence ? Le cerveau des bilingues fonctionne-t-il comme celui des unilingues ?

Apprentissage des langues et connexion cerveau droit / cerveau gauche

Si on peut réussir à apprendre une nouvelle langue à n’importe quel âge, la différence au niveau cérébral serait plus marquée chez les jeunes enfants. En effet, pratiquer une langue implique d’utiliser à la fois son cerveau gauche (logique, rationalité) et son cerveau droit (émotion, social). La latéralisation entre les deux parties du cerveau se développe en grandissant, ce qui explique pourquoi les enfants apprennent les langues plus vite : la plasticité de leur cerveau permet aux jeunes élèves d’utiliser les deux hémisphères de façon simultanée plus facilement. C’est également pour cela qu’apprendre une langue pendant l’enfance permettrait de comprendre plus aisément les implications émotionnelles et sociales du langage. Tandis qu’un adulte qui apprendrait une nouvelle langue aura de celle-ci une compréhension beaucoup plus rationnelle.

Des effets très positifs sur la santé et la cognition

D’un point de vue neurolinguistique, apprendre tôt une langue seconde aurait un impact direct sur le développement de la matière grise, cela activerait des zones particulières du cerveau et permettrait de travailler particulièrement la mémoire. Cela retarderait également de plusieurs années l’arrivée de certaines maladies comme Alzheimer ou la démence. Si on pensait que le bilinguisme retardait le développement des enfants, on sait aujourd’hui qu’il permet au contraire de jongler plus facilement d’une activité à l’autre et d’augmenter l’activité cérébrale. Ainsi, permettre aux jeunes enfants d’apprendre l’anglais parallèlement au français ne serait pas seulement un atout au niveau de leur avenir professionnel, cela modifierait concrètement leurs capacités cognitives à différents niveaux !

Il existe sur le marché actuel des logiciels capables d’accompagner les enfants dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et de l’orthographe comme Dybuster Orthographe ou WordQ et SpeakQ :

  • Dybuster Orthographe allie de façon ludique les différents sens permettant de stimuler la mémorisation de l’orthographe : couleurs, sonorités associées à chaque lettre, les formes, les structures. Les enfants retiennent mieux les spécificités de chaque mot et travaillent ainsi leur mémoire et leur réactivité aux différentes sources de stimulations propres au langage. Ce qui ne manquera pas de leur être utile dans l’apprentissage d’une langue seconde  puisqu’il est disponible autant en français, qu’en anglais et en allemand !
  • WordQ et SpeakQ permet de travailler ses compétences de lecture et d’écriture en contournant par l’informatique les difficultés liées à certains troubles de l’apprentissage. Outil d’anticipation des mots à venir, écriture par reconnaissance vocale, tout est mis en place pour que le rapport à l’écrit soit facilité tout en laissant l’humain au centre du processus de création des idées et de production des contenus. De quoi gagner en assurance au quotidien dans son rapport au langage écrit !

Permettre aux enfants de parfaire leurs compétences grâce à des outils informatiques stimulants et ludiques rendra l’apprentissage de leur langue maternelle plus facile. Parallèlement, cela stimulera leur capacité à assimiler de nouveaux langages et de nouveaux systèmes d’écriture, ce qui aura des effets positifs sur leur cerveau et leur compréhension du monde.

Articles récents