À l'école, Technologies

AQUOPS 2013: 2 inspirations !

1 avril 2013

AQUOPS

Le 31e Colloque de l’AQUOPS vient de se terminer et j’ai la tête remplie d’idées que je vais ramener dans mon milieu. Avec un choix d’environ 135 ateliers, ce colloque pouvait répondre aux goûts et aux besoins de tous les participants. Nous avions la possibilité de choisir et d’assister à environ 8 ateliers. Il est donc pratiquement impossible de faire un survol du colloque dans cet article. Je vais donc me concentrer sur 2 inspirations qui ont marqué ma présence dans ce tourbillon pédagogique et technologique. Une de ces inspirations provient directement d’un atelier et l’autre me provient d’une technologie qui est sortie dans la même semaine que l’AQUOPS. Je pense que cette technologie va possiblement avoir un énorme impact et c’est pourquoi je vais l’introduire et l’utiliser dans cet article.

Je vais donc commencer avec cette nouvelle technologie disponible depuis la semaine de l’AQUOPS.

1) La création d’un magazine

Actuellement, certains enseignants expérimentent la création de livres numérique avec des outils comme iBooks Author sur le Mac, Book Creator sur le iPad, Moglue sur Mac et PC (livre pour iPad ou tablette Androïd) et il existe même des logiciels pour convertir des documents Word en format ePub. Le format ePub a l’avantage d’être universel et il existe des logiciels ou des applications pour le lire que ce soit sur un ordinateur ou sur des tablettes Kindle, iPad, Androïd et Window 8. La création d’un livre est parfaite dans plusieurs contextes pédagogiques.

Par contre, la création de magazines est beaucoup moins utilisée, mais le potentiel est aussi grand. Pour l’instant, la majorité des magazines en ligne sont tout simplement des versions numériques de magazine papier. De plus, les outils pour les créer sont assez limités. Il est possible d’utiliser des logiciels comme la suite Digital Publishing d’Adobe ou encore la Solution Press d’Aquafadas. Le magazine créé est interactif (texte, animation, vidéo, etc.), mais le problème c’est que les logiciels pour les créer sont relativement dispendieux. De plus, le magazine reste un document fixe dans le temps. Si je crée un magazine avec un de ces produits, je peux ensuite le déposer dans une boutique en ligne comme l’App Store d’Apple, le Play Store d’Androïd ou Amazon. Une personne utilisant une tablette peut le télécharger et ainsi le consomme sur celle-ci. Une fois qu’elle a consommé le contenu d’un numéro, elle doit télécharger le prochain numéro.

Est-ce que ce serait intéressant de créer un magazine qui évolue dans le temps et qui ne possède aucun numéro ?

Flipboard pour la consommation et la création de magazine

J’entends plusieurs personnes qui vont dire qu’un magazine qui évolue dans le temps et qui ne possède aucun numéro est un blogue. Effectivement, le blogue remplit bien ces fonctions. Où le magazine se démarque est en relation avec l’expérience de lecture sur les tablettes et les téléphones intelligents.

 

Actuellement, le meilleur produit sur le marché toutes plateformes confondues est Flipboard. Voici une vidéo démo qui montre bien l’expérience de la lecture avec cette application gratuite.

La grande force de cette application est qu’elle est multiplateforme. Elle est disponible sur les appareils mobiles Apple (iPad, iPhone et iPod) et sur tous les produits Androïd (tablette et téléphone). Elle n’est pas encore disponible sur les tablettes Window 8, mais certaines rumeurs confirment que le développement est en cours.

Ce qui est encore plus intéressant avec cette application est que l’on peut y connecter l’ensemble de nos services Internet comme Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, Linkedln et j’en passe. Donc, la consultation de ces services peut se faire dans un format magazine. Jusqu’à tout récemment, il n’était question que d’un agrégateur de contenu avec une belle interface, mais cette semaine tout a changé.

Pour l’instant, cette nouvelle version 2.0 n’est disponible que pour l’environnement Apple. La nouvelle version pour Androïd va être disponible sous peu.

La nouvelle version de Flipboard permet de créer, directement dans l’application, des magazines à partir de l’ensemble de vos services Internet. Il devient donc possible pour une personne de faire de la curation de contenu dans un contexte précis. Par exemple, quelqu’un peut s’intéresse aux oiseaux du Québec et ainsi créer un magazine sur le sujet en y ajoutant graduellement de l’information pertinente. Cette information peut être un article dans un blogue, un Tweet sur Twitter, une image dans Instagram ou même une vidéo sur Youtube. Ce qui rend ce processus magique est que ce magazine peut être public et ainsi partagé avec tous les utilisateurs de l’application. Actuellement, cette application comporte plus de 50 millions d’utilisateurs et le nombre ne fait qu’augmenter. Voici une vidéo qui explique simplement comment il est possible de créer un magazine sur Flipboard.

Certaines vont dire que ce produit et tout ce potentiel sont seulement disponibles sur les tablettes et les téléphones intelligents. La réponse est OUI !

Tout le débat entre les ordinateurs de bureau versus les appareils mobiles (tablette et téléphone intelligent) est arrivé à un point de rupture. Comme le relatent plusieurs médias cette semaine, le nombre de tablettes vendu cette année va être deux fois plus important que la vente d’ordinateurs de bureau.

Il est prévu que, dans la prochaine année, ceci va se répéter dans le cas des ordinateurs portables et des Notebook. Les appareils mobiles vont donc dominer le marché dans les prochaines années. Il est donc normal qu’une entreprise centralise ses efforts de développement dans le secteur du mobile. Comme le montre l’image en dessous, il est quand même possible d’envoyer dans son compte Flipboard de l’information que l’on trouverait sur un ordinateur de bureau ou un portable avec le navigateur Chrome. Ce navigateur permet d’ajouter un bouton pour cette action.

Le bouton Flip it permet d'ajouter du contenu dans Flipboard

Un autre aspect très intéressant de cette application est son moteur de recherche. Pour reprendre l’exemple des oiseaux cité plus haut, je peux faire une recherche sur le sujet directement dans Flipboard. Le système va me sortir plein d’information sur le sujet et je peux m’y abonner. L’image en dessous vous montre les résultats de recherche pour le mot oiseaux. Je pourrais chercher dans ces résultats et trouver de l’information intéressante sur le sujet.

Faire de la recherche dans Flipboard

Je pense que j’ai donné une bonne explication de la technologie, mais pédagogiquement on peut en faire quoi ? Je vois très facilement un enseignant construire un magazine de veille en lien avec l’actualité du Québec, les recherches en médecine, les nouvelles technologies en environnement, etc. Ces élèves pourraient donc s’y abonner. Les sujets et les possibilités sont infinis.

Dans les mouvements actuels de classe inversée ou bien de pédagogie active, un des objectifs est d’aider l’élève à apprendre à organiser l’information et la connaissance. Tony Wagner est un ancien enseignant ainsi qu’un fondateur et directeur de différents centres de recherche en éducation à Harvard. Comme plusieurs, il explique que les écoles étaient historiquement le lieu du savoir. Aujourd’hui et pour toujours, cette réalité est révolue et la connaissance est devenue une commodité comme l’air. De plus, le savoir évolue et se modifie très rapidement. Il devient donc encore plus important d’éduquer nos jeunes à utiliser l’internet comme un outil d’organisation de la connaissance et non seulement pour y jouer ou écrire à leurs amis sur Facebook.

Il serait donc possible de demander, par exemple, à des élèves du projet intégrateur de monter un portfolio de leurs différentes sources. Un des aspects de ce programme est en lien avec l’organisation du contenu. L’enseignant pourrait donc être abonné aux magazines de chacun de ses élèves et ainsi voir l’évolution de la collecte de sources pour leurs projets. Les possibilités sont énormes.

Pour terminer cette 1re partie, je vous invite à télécharger l’application Flipboard et à l’expérimenter. J’ai aussi créé un magazine sur l’utilisation du iPad en éducation. Pour vous abonner à mon magazine, vous devez télécharger l’application sur l’App Store d’Apple ou sur le Play Store d’Androïd. Deuxièmement, vous devez chercher mon nom « Sébastien Wart » dans le moteur de recherche de Flipboard. Pour terminer, vous pouvez télécharger mes publications publiques.

Magazine Flipboard Le iPad en Éducation

2) Le trajet littéraire

Cette deuxième partie de mon article sur l’AQUOPS 2013 va porter sur un atelier offert par Karine Thonnard et André Roux. Cette conseillère pédagogique de la FEEP m’avait souvent parlé de cette approche où l’on mélange histoire et carte virtuelle. J’ai été charmé par ce concept et les possibilités d’approfondissement pour les élèves. Voici l’ensemble des documents pour l’atelier. Le document principal pointe vers plusieurs autres ressources qui vont vos permettre de développer des activités de trajet littéraire. Voici l’intention de l’atelier:

Quand la carte numérique et le livre se rencontrent, la technologie vient enrichir l’expérience de lecture.

Derrière un repère, sur une carte numérique, peuvent se cacher du texte, des images, des vidéos référant à des renseignements factuels et interprétatifs en lien avec l’endroit, les personnages du roman ou du texte lu.

Lier ces repères donne naissance à un trajet littéraire qui permet de mieux cerner, mais aussi d’exploiter différemment la lecture. Nous vous montrerons comment utiliser des outils Web et applications mobiles pour créer et animer un trajet littéraire. Vous serez en mesure d’utiliser les technologies et de vivre des expériences de lectures différentes avec vos élèves. 

Les outils possibles pour ce type d’activité sont: Google maps et Google Earth. Pour bien utiliser ces outils, l’élève doit avoir un compte Google. Il existe un autre outil, mais je vais le présenter tout de suite après. À la différence de la 1re partie de mon article, ces deux premiers outils sont plus faciles à utiliser sur un ordinateur de bureau ou un portable. Les applications offertes par Google ont encore besoin d’évoluer sur les tablettes. Voici le concept du trajet littéraire: 1) Lire un livre qui comporte des lieux réels. 2) identifier ces lieux avec un repère sur une carte virtuelle. 3) Ajouter de l’information au repère (texte, liens, image, vidéo). Le fait de chercher de l’information sur un lieu permet au lecteur d’approfondir et de donner un sens à sa lecture. Voici un exemple qu’André Roux a créé pour la formation. Il a fait un parcours de la vie de Michel Tremblay et il a identifié des lieux importants de sa vie. Il est donc aussi possible de la faire dans un contexte biographique.

La carte de l’univers de Michel Tremblay

Carte de l'univers de la vie de Michel Tremblay

Cette carte a été créée directement dans Google Maps. Voici les étapes pour créer une carte.

1) Ouvrir votre compte Google Maps, choisir les boutons « Mes adresses » et ensuite « Créer une carte ».

Créer une carte avec Google Maps

2) Ensuite, il ne reste qu’à configurer la carte. Vous pouvez ajouter des collaborateurs, donner une description à la carte et choisir si elle est publique ou privée.

Configurer une carte Google Maps

3) Une fois la carte configurée, vous pouvez ajouter des repères directement sur la carte avec le bouton bleu. Vous pouvez ajouter beaucoup d’information à chaque repère (texte, image, vidéo).

Ajouter un repère à une carte Google Maps

Comme vous pouvez le voir, les possibilités sont infinies. Je me suis donc amusé à chercher des cartes sur Internet. Je suis un amateur de la série The Walking Dead. Cette série est basée sur une bande dessinée du même nom. En cherchant un peu, j’ai trouvé une carte du trajet complet des personnages dans l’histoire. L’ajout de tous ces détails est possible sur un ordinateur de bureau ou sur un ordinateur portable. Dans le contexte des tablettes, c’est encore assez limité.

Voici une application qui permet de faire de la géolocalisation avec les appareils mobiles d’Apple: myHitro

Construire une ligne du temps géographique avec myHistro

Pour utiliser cette application, vous devez ouvrir un compte ce qui permet de l’utiliser sur la tablette ou directement sur un ordinateur de bureau. L’application myHistro a quelque chose de spécial et c’est qu’elle permet de faire de la géolocalisation sur une ligne du temps. C’est donc un mélange d’espace et de temps.

Dans le cadre de cet atelier, nous devions créer une carte avec myHistro. Je me suis basé sur un livre que mon fils a analysé. Ce livre se nomme La dernière nuit de l’Empress of Ireland par Josée Ouimet. Voici donc une carte des lieux importants de cette histoire vécue ici au Québec.

Faire du goecodage avec Batchgeo

Ils nous ont aussi présenté un autre service qui permet de créer des cartes. Ce service est Batchgeo. Il permet de faire du géocodage avec des données de localisation. Voici une vidéo qui explique le fonctionnement de ce service.

Il peut donc être possible de collecter les données de localisation des élèves (un projet par exemple) par l’intermédiaire d’un formulaire Google et ensuite vous pouvez construire une carte avec ces données.

Le compte gratuit, avec publicité, permet de construire une carte et de la garder active pour un certain temps.

J’espère que ce retour sur cet atelier va vous inspirer dans vos cours et dans votre implantation technologique. Pour terminer, voici un compte rendu d’une grande majorité des Tweets qui ont été produits pendant le colloque. Ce compte rendu a été organisé par Geneviève Henry qui est un enseignante du primaire.

Si vous avez des questions ou des commentaires, je vous invite à les écrire dans la section plus bas.

 

Articles récents