À l'école, Apprentissages et potentiel humain

La mémoire des enfants et le décrochage scolaire

10 mai 2016

Quel lien existe-t-il entre la mémoire et le décrochage scolaire? Peut-on prédire les futures difficultés d’un jeune enfant à ses capacités de mémorisation?

Une étude sur la mémoire à court terme

Caroline Fitzpatrick de l’Université Concordia est l’auteur d’une étude sur 1800 enfants ayant effectué des tests de mémoire durant leur troisième année de vie. Ils ont ensuite été rencontrés dix ans après, afin de voir leur évolution. Et d’après la chercheuse, les différences de mémorisation relevées à 3 ans sont en relation avec des risques de décrochage scolaire plusieurs années après. Il s’agit principalement d’une étude sur la mémoire de travail, c’est-à-dire la mémoire à court terme permettant par exemple de suivre une consigne. Avoir une mémoire de travail moins performante aurait donc des conséquences sur la scolarité des enfants et pourrait, sur la durée, augmenter les risques de décrochage scolaire.

Des exercices qui améliorent la mémoire de travail

Si le décrochage scolaire peut avoir de nombreuses causes, comme le statut socioéconomique des parents, certaines d’entre elles peuvent se travailler afin de favoriser au mieux la réussite de chacun. C’est le cas de la mémoire à court terme. Il existe de nombreux exercices afin de stimuler la mémoire de travail et ainsi limiter autant que possible les risques de difficultés scolaires.
De plus, la mémoire de travail n’est pas une compétence qui peut perpétuellement augmenter, elle finira par atteindre un plateau: cela signifie qu’en faisant faire des exercices de mémorisation à court terme chez les enfants de 3 ans, on ne va pas augmenter l’écart entre les élèves performants et les autres, mais au contraire, réajuster les compétences de chacun autour d’un niveau commun. Cela pourrait favoriser l’égalité des chances des enfants dès le plus jeune âge.

Articles récents