Apprentissages et potentiel humain

Avec WordQ, l’élève est toujours au centre du processus d’écriture

13 mai 2014

Les logiciels de prédiction de mots sont des outils de technologie d’aide qui appuient la communication écrite. Ces outils nécessitent moins de frappe et aident à atténuer les difficultés d’ordre orthographique et grammatical permettant ainsi aux utilisateurs ayant des difficultés d’exprimer leurs idées à l’écrit plus facilement et rapidement.

Cependant, lorsque la prédiction de mots est trop efficace, on enlève bien souvent à l’élève l’obligation de réfléchir et de faire un choix car les prédictions de mots à 100 % phonologiques ou phonétiques font en sorte que le logiciel compense pour toutes les fautes ou difficultés de l’élève. L’élève ne sélectionnant toujours que le premier mot prédit ou écrivant comme il « tchat » (clavarde) aura de très bons résultats avec une prédiction de mots phonologique.

La majorité des élèves ayant des difficultés d’écriture et de lecture n’ont pas besoin de ce type de prédiction de mots car 9 sur 10 sont tout à fait capables de développer le réflexe de se questionner et de faire un autre choix. Certes, pour les élèves dyslexiques sévères ou dysphasiques la prédiction phonologique ou phonétique peut être essentielle, mais pour les autres élèves, une prédiction de mots « régulière » leur permet amplement d’exprimer leurs pensées à l’écrit, sans pour autant les remplacer ou le faire à leur place sera parfaite et leur permettra de progresser.

C’est pourquoi un logiciel ayant une prédiction de mots du calibre de WordQ peut être utilisé par tous les élèves de la classe avec la certitude que tous ne seront pas meilleurs que la somme des efforts qu’ils ont déployés. Un logiciel qui tente de remplacer l’élève avec une prédiction de mots trop efficace permettra certes de « meilleurs résultats » mais fera en fait plus de tort que de bien à ses utilisateurs. En effet, cette même prédiction empêche les élèves en réalité de déployer tous les efforts requis et qu’ils sont pourtant tout à fait capables de déployer.

L’idéal avec un logiciel de prédiction de mots serait d’offrir une prédiction de 4 à 5 mots tout au plus, car lorsque trop de mots sont prédits, l’élève se retrouve en situation de surcharge cognitive. Il a trop de mots à lire (ou à entendre) pour faire un choix ce qui peut le stresser ou le désorienter. En outre, plus l’élève passe de temps ou d’étapes dans le processus d’écriture, plus l’élève perd en qualité des idées transmises à l’écrit.

Une excellente synthèse vocale comme celle de WordQ est tout aussi importante, vu que les difficultés de lecture et les difficultés d’écriture sont souvent liées. La synthèse vocale permet à l’élève ayant des difficultés de lecture d’utiliser la prédiction de mots tout en entendant les mots prédits, cela lui évite de se retrouver en situation de surcharge cognitive.

Pour conclure, nous devons rappeler que l’élève doit toujours être au centre du processus d’écriture et que le but ultime d’un bon logiciel de prédiction de mots est d’aider l’élève à apprendre et développer ses compétences en écriture et non le remplacer.

Articles récents