À l'école

Comment U2 et la puissance des médias sociaux peuvent influencer l’éducation ?

19 mai 2015

Ce billet n’est pas en lien direct avec l’éducation, mais il montre la puissance des médias sociaux et l’impact que ceux-ci peuvent avoir. Je dois aussi reconnaître que je suis un fan de U2 🙂 Par curiosité, j’analysais la portée de leur nouvelle tournée sur les médias sociaux et j’ai réalisé à quel point celle-ci est grande. Cette donnée est non négligeable puisque nos élèves vivent dans ce monde connecté. À quoi peut bien ressembler ce monde des médias sociaux additionné à une cause ou à un événement de masse?

Mon objectif avec cet article est de donner une certaine vision de cet impact.

Les médias sociaux et la qualité des appareils mobiles ont vraiment transformé la vitesse à laquelle un événement devient présent sur Internet. Le mot clé ‪#‎u2ietour‬ pour la nouvelle tournée de U2 en est un exemple. Cette tournée a commencé le 14 mai 2015 à Vancouver et pour la rédaction de cet article, ils n’avaient que deux spectacles de fait sur les 70 de la tournée complète.

Voici, en moins d’une semaine, l’empreinte numérique des spectateurs :

Plus de 5000 photos et vidéos sur Instagram: https://instagram.com/explore/tags/u2ietour/

Plus de 31000 tweets sur Twitter: https://twitter.com/hashtag/u2ietour?f=realtime&src=hash

Près de 20000 vidéos sur YouTube: https://www.youtube.com/results?lclk=week&filters=week&search_query=u2

Quelques tweets qui montrent la puissance et la qualité photographique des appareils mobiles. Aucun de ces tweets ne provient de médias officiels !

Voici une vidéo prise par un spectateur avec une caméra GoPro.

Le pire, c’est que l’on ne parle pas d’un spectacle avec un public très jeune et qui a pratiquement grandi avec les médias sociaux. U2 a surtout un public cible entre 30 et 50 ans. Je serais curieux de voir l’empreinte numérique des spectateurs d’un spectacle de Justin Bieber ou de One direction avec un public cible de 12 à 25 ans. Un autre exemple est le festival américain Coachella avec ses plus de 1 700 000 photos et vidéos sur Instagram. On parle ici d’un festival qui rejoint un public cible dans la vingtaine et surtout très connecté aux médias sociaux.

Comme l’explique bien Martin Lessard, journaliste et consultant web, ce mouvement est à l’image de notre époque.

Pour les détracteurs qui au nom des « droits d’auteurs bafoués et piétinés » vilipendent les hordes de barbares mobiles, sachez que ces 5000 photos sont 5000 réseaux qui tout à coup vibrent au diapason de #u2ietour.

Je pense que ceci peut donner le vertige de voir à quel point l’empreinte numérique peut être importante. Nos élèves vivent dans ce type de monde. L’impact peut être tellement positif ou très négatif comme le montre certaines situations plus radicales ! À nous, les enseignants, d’y donner un sens et un encadrement pour que l’élève se crée une empreinte numérique positive ou participe positivement à une empreinte numérique plus large que sa personne. J’ai écrit, l’année dernière, un billet qui montre l’exemple d’une école qui a utilisé ce concept pour augmenter le rayonnement web de son établissement et en même temps pour impliquer ses élèves et les éduquer à la citoyenneté numérique. Vous pouvez lire l’article ici.

Articles récents