Les régularités orthographiques ou …. Dybuster Orthographe?

14 décembre 2016

De plus en plus, l’enseignement des régularités orthographiques occupe une place de choix dans les approches des orthopédagogues et enseignants.

Les régularités orthographiques représentent les structures orthographiques typiques d’une langue. Par exemple, on ne double pas les consonnes en début de mot ou la lettre “d” n’est habituellement pas doublée en français.

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Comp%C3%A9tences_orthographiques  

La langue française est une langue considérée comme « opaque » puisqu’il existe de nombreuses façons d’écrire un même son. Par exemple:

  • Le son é peut s’écrire é, ai, ée, ées, ez, ay, etc.
  • Le son o peut s’écrire o, au, eau, aux, eaux, etc.
  • Le son q peut s’écrire c, q, k, ch, qu, etc.

« Dans la langue française, on compte 36 sons différents [phonèmes] et environ 130 façons de les écrire [graphèmes] » source: http://rire.ctreq.qc.ca/2016/01/orthographe-lexicale/

… et utiliser les propriétés phonologiques des mots ne permet d’orthographier correctement qu’environ 50% des mots de la langue française.

Source: http://rire.ctreq.qc.ca/2016/01/orthographe-lexicale/

Ainsi, quand l’élève tente d’écrire un mot en transposant le son des lettres en lettres (phonèmes en graphèmes), il n’aura que 50 % de chances d’y arriver s’il n’a pas d’autres stratégies.  

Un enseignement explicite de l’orthographe lexicale devient essentiel.

Le fonctionnement de Dybuster Orthographe, lui, s’appuie sur le même constat. Par contre, les progrès obtenus par une majorité d’utilisateurs de cet outil ne sont pas liés par un enseignement des régularités orthographiques, mais par une aide à la correspondance entre les sons (phonèmes) et les lettres (graphèmes).

Les (nombreux) utilisateurs de Dybuster Orthographe, eux, s’entrainent à mieux écrire les mots en utilisant un « code » multisensoriel, soit un code qui utilise les couleurs, la musique, les formes et les structures. Cet encodage multisensoriel leur permet d’utiliser des sections de leur cerveau non affectées par un trouble d’apprentissage, par exemple, afin de mieux mémoriser l’orthographe des mots.

Une difficulté majeure chez les personnes dyslexiques est le déficit phonologique, soit de comprendre comment les sons (phonèmes) s’écrivent en lettres (graphèmes).

L’idée derrière l’apprentissage multisensoriel est de supporter ce transfert des sons en lettres.

Les études faites avec les utilisateurs de Dybuster Orthographe ont démontré que la correspondance phonème-graphème est renforcée.

 

Conclusion

Ce sont deux méthodes complémentaires pour plusieurs raisons:

  • Dans un monde idéal, tous les élèves bénéficient d’un enseignement explicite des régularités orthographiques, ce qui n’est pas le cas.
  • L’utilisation de Dybuster Orthographe se fait de façon très autonome par l’élève et ne nécessite aucune intervention directe d’un professionnel.
  • L’utilisation conjointe de Dybuster Orthographe et de l’enseignement explicite des régularités orthographiques est un idéal! Les utilisateurs pourront entrainer leurs acquis en utilisant leurs connaissances des régularités et leur mémoire multisensorielle pour les mots leur causant d’autres difficultés.

De plus, Dybuster Orthographe offre aussi d’autres avantages indéniables:

  • un concept d’entrainement  (3 séances de 15 minutes par semaine) permettant la consolidation des apprentissages;
  • un profil qui s’adapte à chaque élève. Ainsi, les mots et exercices proposés sont directement influencés par les apprentissages et difficultés des élèves.

Articles récents